Alexandre VIALATTE

 De la part de Joèl

 

> Message du 23/04/21 12:34
> De : joel
> A : “Reine”
> Objet : Re: LASTULU
>
>>  Chère Marie-Reine, 

je t’embrasse très amicalement.

>

> Il n’est pas facile de donner envie à autrui de lire un livre qu’on a soi-même apprécié. Certes, on peut en faire un résumé mais cela peut être un piège! Si j’écris du Cid ou de Roméo et Juliette que c’est l’histoire de deux jeunes gens qui s’aiment mais dont les parents ne sont pas d’accord, je dis la vérité. Mais combien de lecteurs potentiels vont alors trouver que cette histoire est trop banale et trop rebattue pour avoir envie de s’y lancer? C’est ce piège qu’évite Alexandre Vialatte. Il est mort vers la fin du siècle passé mais on peut trouver dans ses chroniques mille et un traits qui n’ont pas pris une ride. Car il fut critique littéraire pour la revue “Le spectacle du monde” de 1962 à 1971. Il parle d’auteurs qui pour la plupart sont déjà oubliés, ce qui ne veut pas forcément dire qu’ils sont “mauvais” mais, s’il sait susciter la curiosité du lecteur potentiel, ce n’est jamais en racontant le livre. Il y fait plutôt une espèce de promenade littéraire qui suscite des associations d’idées et lui inspire des réflexions pleines d’un humour très personnel. Alexandre Vialatte fut avant tout un chroniqueur. Il a hissé ce genre à la hauteur du chef d’oeuvre. Pour le journal “La Montagne” il a écrit une chronique hebdomadaire basée sur l’actualité du second tiers du XX° siècle et jusqu’à sa mort. Ces courts textes peuvent, il me semble, être appréciés littérairement par ceux qui n’ont pas connus l’époque. Pour les contemporains ils rappellent en outre, avec un éclairage plein de malice, une masse de souvenirs. Comme la gloire fugace de Minou Drouet, le grand écrivain que fut au contraire Jean Paulhan ou l’influence de Franz Kafka (qu’il a traduit et fait connaître en France) chez les écrivains postérieurs. Tous ces textes sont rassemblés et toujours publiés. Que ceux qui aiment fouiller les rivières pour y découvrir des pépites n’hésitent pas à se mouiller les pieds!   Joël



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *