Le bûcher de Moorea de Patrice Guirao


Tout d’abord, j’ai été attirée par la couverture de ce livre et curieuse de l’histoire qu’il pouvait contenir car ayant vécu 1 an en Polynésie, je me doutais qu’il y aurait la description de paysage que je connais si bien.

En ayant lu le résumé, j’étais encore plus intriguée par la contradiction entre une affaire de meurtres sordides avec un lieu aussi paradisiaque où on ne peut s’imaginer que le mal existe.
 
Ce livre possède toutes les clés d’un bon Thriller, pourtant, une fois terminé, je n’ai pas pu déterminer s’il m’avait plu ou pas.
L’auteur a certainement voulu mettre ce côté « sordide » et « ignoble » trop en avant pour l’effet de garanti d’un roman « noir azur » (= récit novateur mélangeant intrigue policière dans un lieu paradisiaque), hors il contient plusieurs histoires qui se mélangent et n’apportent rien les unes aux autres et ne se lient pas forcément à une fin attendue sans faire non plus de personnage principal. 
 
De mon point de vue, le manque de lien à un personnage et à une histoire précise est le mélange qui me laisse dubitative sur l’appréciation finale de ce livre. En faisant quelques recherches j’ai pu comprendre que l’auteur a écrit ce thriller en guise de 1er tome d’une série qui contient certains mêmes personnages ce qui expliquerais le manque évoqué précedemment.
 
Malgré tout, j’ai beaucoup apprécié la poésie de l’auteur et de plus, ce livre m’a ramené en Polynésie et m’a replongé dans la culture polynésienne que j’apprécie tant tout en étant confronté à la réalité des îles, au chômage, à la délinquance, à la pauvreté, loin des vahinés.
 
Résumé du livre: 
Dans le lagon de Moorea, les eaux calmes et bleues bercent quelques voiliers tranquilles. Les cocotiers dansent au vent. Les tiarés exhalent leur parfum. Pourtant, à l’abri de la forêt, des flammes se fraient un chemin vers le ciel. Lilith Tereia, jeune photographe, tourne son appareil vers le bûcher. Devant son objectif, des bras, des jambes, des troncs se consument. Et quatre têtes.

Pour quels dieux peut-on faire aujourd’hui de tels sacrifices ? Avec Maema, journaliste au quotidien de Tahiti, Lilith est happée dans le tourbillon de l’enquête. Les deux vahinés croiseront le chemin d’un homme venu de France chercher une autre vie. Un homme qui tutoie la mort.

Derrière chaque paradis, il y a un enfer. Bienvenue en Polynésie
Mathilde

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *