Les Adolescents troglodytes d’Emmanuelle Pagano

Les Adolescents troglodytes  par Pagano

Livre gagné et choisi par Joèl grâce à vos votes sur son texte La promenade à PARIS

> Message du 10/04/17 12:12
> De : joel
> Objet : Latulu
>
>> Bonjour Marie-Reine. Encore merci pour tous ces titres que tu nous signale quasi quotidiennement

> et sous lesquels, parfois je me sens un peu écrasé. Je  ne dois pas être un lecteur assez assidu!

> Pourtant je lis, chaque jour et cela m’est indispensable. Et des choses très variées que je ne signale

> pas toujours ici car elles me semblent souvent trop éloignées de l’ensemble des titres qui circulent sur

> LATULU.

> Ne me prends pas pour un intello! Ce sont parfois, aussi des bandes dessinées ou des livres politiques

> qui, hélas, donnent bien souvent envie de voter blanc. Ce qui ne sert à rien, je sais.

> Mais je voulais, cette fois te donner un avis LATULU sur le livre d’Emmanuelle Pagano que tu m’as offert

> puisque j’avais envie de connaître un peu son travail. Et je t’embrasse,

> Donc,

> Emmannuelle Pagano: “Les adolescents troglodytes”  Editeur: P.O.L.

> Le thème: Une conductrice de navette de ramassage scolaire est transsexuelle et conduit son bus entre les

> villages épars d’un coin montagneux isolé.

> D’abord et tant mieux, ce n’est pas bête! Mais mon plaisir de lecture s’est arrêté là. On sent que l’auteur

> est instruite et des mots ou des phrases compliquées le montrent. Une volonté aussi d’user d’images

> raffinées pour faire ressentir les choses. Mais c’est comme si cette instruction lui pesait, l’isolait d’un

> monde populaire qu’elle aime. Alors son style est fautif exprès. La double négation française est très souvent

> niée. Même quand il ne s’agit pas de dialogues: “Je veux pas” au lieu de “je ne veux pas”. Le pronom singulier

> “On” est utilisé au pluriel: “on est arrivés”. Et mille et un autres écarts évidemment voulus, assumés. Mais cela

> n’est pas assez fort pour nous apporter un peu de la truculence d’un Céline ou même d’un San Antonio. Son

> style nous maintient au niveau d’une conversation de sortie de bureau, quand les “collègues” parlent de “la chef”.

> Et l’on s’ennuie…

> Joël

Avis de marie reine

J’ai lu également ce livre avant de le donner à Joèl et avec sa bénédiction…

Il ne m’a pas passionné. Je m’attendais par moment que le car soit accidenté. J’avais lu un roman plus palpitant dont le titre m’échappe où la conductrice a un grâve accident avec un car de ramassage scolaire aux USA .

L’écrivain décrit  la vie routinière d’un chauffeur de car avec les désagréments des routes enneigées, verglacées, voilées par le brouillard.

Mais finalement elle nous dévoile la vie et les tourments  d’un transsexuelle qui craint que sa véritable identité soit découverte.

Se lit vite et s’oublie.